You are here

L'équilibre acide-base

L'importance de l'équilibre acide-base de l'organisme dans l'hygiène de vie reste une notion mal appréhendée par de nombreux médecins dans nos pays, même si de plus en plus de praticiens de santé insistent sur le fait que l'excès d'acidité des tissus fasse le lit de nombreuses maladies dégénératives. En Suisse, le Dr Dr Kousmine en avait fait une des bases de sa thérapie. Dans les pays orientaux, au Japon et en Corée notamment, des recherches très actives ont été menées depuis les années 1950 dans ce domaine. (Voir page Science).

Nous sommes tous sujets à l’acidification

Le pH est le chiffre mesurant le degré d’acidité ou d’alcalinité d’un liquide. Il est compris entre 0 (très acide) et 14 (très basique ou alcalin), alors que la valeur de 7 est neutre.

Parmi nos tissus, le pH du sang est celui qui est le plus stable, étant compris entre 7,35 et 7,45.

Pour maintenir cette exigence vitale d'un pH sanguin stable, l'organisme a recours à un jeu subtil de tampons à base de bicarbonates. En cas d'excès d'acidité et d'insuffisance d'apport nutritionnels et d'oxygénation, le corps va chercher à neutraliser cette acidité en puisant dans ses réserves de calcium (os et dents) et donc en se déminéralisant.

La tendance naturelle du corps fait pencher la balance vers l’acidité, car son fonctionnement produit sans cesse des déchets acides. Ceux-ci sont éliminés par les reins et les poumons. Si la fonction de ces organes est diminuée ou si la production acide est trop importante, les déchets sont expulsés dans le tissu conjonctif, afin que le pH sanguin soit maintenu à sa valeur normale. C’est ainsi que débute le redoutable processus de l’acidification, qui peut aboutir à l’acidose tissulaire chronique.


Les causes de l'acidité

Les causes de l'acidité peuvent être liées à l'alimentation (excès d'aliments acidifiants et raffinés, et insuffisance de vitamines et d'oligoéléments), la sédentarité (diminution de l'élimination des acides par les poumons), au surmenage (acide lactique), au stress (un facteur très important), à la pollution, au tabac, ...

  • Parmi les aliments acidifiants, il y a les produits animaux, les farines blanches et les céréales raffinées, le café et le thé noir, le jaune d'œuf
  • Parmi les aliments neutres, il y a le beurre, la crème, l'huile, le sucre, les amidons, le lard
  • Parmi les aliments alcalinisants, il y a les légumes (sauf les épinards) et les fruits (sauf prunes, fraises et noix), la pomme de terre

Les conséquences

Certaines maladies sont liées à la carence de minéraux ayant servi à neutraliser cet excès d'acides - l'ostéoporose et les caries dans le cas du Calcium par exemple.  

L'hyperacidité peut également entrainer des troubles de la peau (acné, eczéma, transpiration malodorante) et des mycoses (de la peau, des ongles ou des intestins).

Et puis surtout, l'excès de dépôts acides dans les tissus sont à l’origine de la plupart des MALADIES DE CIVILISATION ·

  • Fatiguepersistante particulièrement au réveil
  • Troubles digestifsvariés : irritations gastroduodénales, de l’intestin avec excès de putréfaction, perturbations du transit, dégradation de la flore intestinale expliquant en grande partie une fragilisation de l’organisme;
  • Processus douloureuxexacerbés
  • Moindre résistance auxinfections (infections ORL et pulmonaires à répétition) ;
  • Anxiété, états anxio-dépressifs, dépression avérée
  • Syndrome spasmophilique, tétanie
  • Fragilité ligamentaire et tendino-musculaire: tendinites ; douleurs musculaires récidivantes par courbatures, contractures ou crampes ; névralgies ;
  • Déminéralisation(touchant le squelette, mais aussi les phanères et les dents) : les réserves de l’organisme en minéraux sont trop sollicitées pour tamponner les excès d’acides.
  • Rhumatismeinflammatoires chroniques (comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante) et dégénératifs (diverses manifestations de l’arthrose)
  • Surcharges métaboliques: du foie (insuffisance hépatique, lithiase biliaire) , des reins (lithiase urinaire avec calculs d’urates ou d’oxalates, insuffisance rénale) , maladie goutteuse ;
  • Hypertensionartérielle
  • Diabète: dégradation excessive du sucre en acides (acidocétoses)
  • Manifestations de type allergique : hyper réactivité des muqueuses (ORL, asthme) et de la peau (eczéma) ;
  • Cancer: l’influence des perturbations acido-basiques sur le processus cancéreux peut s’expliquer par au moins deux mécanismes : dégénérescence tissulaire accélérée

 

Comment les acides peuvent-ils quitter l'organisme ?

Les poumons, les reins, la peau, et les muqueuses sont les organes d'excrétion utilisés par l'organisme pour se débarrasser des acides 

Poumon

L'accumulation d'acide carbonique (H2CO3) dans les cellules est évitée par conversion en dioxyde de carbone (CO2) et eau (H2O) dans les poumons. Le dioxyde de carbone est alors exhalé. Une bonne technique de respiration est importance : une respiration profonde entraîne une libération accrue de dioxyde de carbone, ce qui permet l'évacuation de plus d'acides et une meilleure oxygénation des tissus.

Peau

Les acides quittent également l'organisme via la peau et les muqueuses. A leur sortie, ils génèrent la couche de protection de la peau formant une barrière contre les bactéries.

Reins

Le rein est l'organe central de l'excrétion acide, en particulier les acides moins volatiles. Cependant les acides uriques issus de la décomposition des protéines ont une solubilité limitée, ce qui signifie que seule une certaine quantité d'acide urique peut être excrétée à la fois dans les urines.